Un dimanche à Biên Hoa
12 juillet 2016

Reportage – Septembre 2014

Depuis 60 ans, urbi et orbi, dans le Sud du Vietnam, au coeur des villes comme dans les campagnes, des églises ont jailli de terre, au rythme effréné des migrations d’habitants fuyant la guerre et le régime communiste. En 1975, à la « libération », ce développement a connu un ralentissement, mais aujourd’hui, avec l’aide de la diaspora, la ferveur pointe de nouveau le bout de son nez au détour des clochers.

À la sortie de Hô Chi Minh ville, le long de la route numéro 1, à Biên Hòa et bien au-delà, pontifient des dizaines d’églises. Souvent distantes d’à peine deux cent mètres, les monuments attestent de l’impétuosité de la communauté.

Architectures dithyrambiques, Saints luminescents, icônes pélagiques, orchestration de messes grandiloquentes, processions colossales, Un dimanche à Biên Hoa dépeint une imagerie baroque de cette guilde oecuménique.